Constructions aux Turks and Caicos et au Costa Rica

houses Turks recadrée

Pas si facile d’émigrer avec toute sa famille !

 

S’improviser sans expérience constructeur de maison dans un pays inconnu qui plus-est dans une île où il faut tout importer par bateau ou avion, parler une langue étrangère avec un système de mesure différent du métrique, n’est pas ce qu’il y a de plus aisé surtout en devant affronter un climat tropical.

Il a fallu apprendre, créer et s’adapter avec un budget non extensible dans un endroit  rencontrant un vif succès, les prix prenant l’ascenseur .

 

Les Turks & Caicos Islands ex British faisant encore partie du Commonwealth, un petit archipel composé d’une petite dizaine d’îles dont : Salt Cay, Grand Turk, South Caicos, East Caicos, Middle Caicos, North Caicos, Providenciales and West Caicos situées au sud des Bahamas et à 70 miles nautiques au nord d’Haïti à 1h15 d’avion au sud-est de Miami.

 

Un petit paradis m’avait on décrit, « Providenciales » l’île la plus développée grâce entre autre à la présence d’un village du Club Med appelé « Turquoise » contribuant à promouvoir la renommée d’un lieux idéal pour s’adonner à la plongée sous marine dans des eaux aux couleurs et à la température idylliques, 28° toute l’année, l’idée est partie de là.

 

En 1989 j’avais passé 5 mois dans l’archipel comme « Diving Capitain Boat » l’euphorie immobilière y régnant m’avait incité à acheter un terrain.

 

Trois ans pour mener à bien cette oeuvre, 2 grandes maisons de 500 m2 de toit 7 appartements, un vrais travail de forçat 7 j / 7 presque 15 h chaque jour, malheureusement sans avoir beaucoup de temps pour profiter de l’environnement enchanteur.

 

Tout commença sur un terrain d’environ 2.4 Acres soit 9’700 m2 complètement envahi de « bush » qu’il a fallu attaquer à la machette pour y tailler des chemins accès.

 

Le jour de l’implantation des maisons le plus gros bulldozer de l’île avait été affrété, le « contracteur » sensé suivre et diriger les travaux nous fait défaut, panique j’y vais à l’instinct, cela s’avèrera juste dans le bon axe pour des maisons bien ventilées.

 

Le fameux responsable de chantier avait eu des ennuis avec les services d’émigration, cela s’avéra une chance, il a été remplacé par Raphael un constructeur dominicain dur au travail et honnête qui a réalisé les carcasses des 2 maisons, fondations, dalles et piliers bétons, une très bonne prestation à un prix sans concurrence.

 

Ensuite il a fallu se débrouillé, en acquérant à Miami, bétonneuse, échafaudage scie radiale et tout l’outillage du parfait constructeur et se lancer en engageant maçons, charpentiers, plombiers, électriciens choisis parmi les communautés dominicaines et  haïtiennes, 12 personnes.

 

Progressivement trop d’erreurs ont nécessité de dégraisser,  au point que le « marteau-piqueur » devenait l’outil principal  sur le chantier pour corriger les manquements.

 

Il a fallu apprendre tous les métiers du bâtiment, maçon, charpentier, plombier, plaquiste, menuisier, peintre, jardinier, paysagiste et surtout carreleur à se casser le dos des semaines durant, etc… Il n’y a que l’électricité qui a été délégué et encore, pour « tirer » le câblage souterrain a été appliquée une méthode inconnue ici en attelant un véhicule à un système de moufle maison.

 

Finalement pour la deuxième maison secondé par mon épouse qui avait aussi à prendre soin de notre nouvelle-née, la bien nommée Océane.  Nous n’avons mobilisé juste un ou deux aides Haïtien . Entre temps avait été acquise l’expérience nécessaire dans les différents corps de métier.

En zone américaine la standardisation permet d’affronter les difficultés plus sereinement.

 

Il y a fallu aussi écumer les prestataires, grossistes et super-marchés de Miami pour trouver toutes les fournitures aux meilleurs prix, les importer et les dédouaner : charpentes, panneaux de contre-plaqué et plaque-au-plâtre, sanitaires, portes et fenêtres, peintures, électroménager, luminaires, meubles, cuisine, décoration, etc… dans l’île une partie de ces éléments étaient disponibles comme l’outillage ou la petite quincaillerie à prix beaucoup plus élevés, position de monopole oblige. Le ciment a été importé du Venezuela et les carrelages de République Dominicaine.

 

L’aventure  s’est bien terminée, mais nous sommes passés bien près de la catastrophe, au moment de terminer le chantier économies épuisées, nous avons eu à subir les conséquences des attentats de New York, l’île s’est brutalement dépeuplée 6 appartements sur 7  vides, dans le même temps il y a fallu faire face à de graves ennuis de santé au sein de la famille et rapatrier tous le monde en Europe. Cinq ans ont été nécessaires pour remonter la pente.

 

Les Îles Turks and Caicos sont aussi appréciées et réputées pour leurs superbes plages de sable blanc et des fonds sous-marins qui attirent de nombreux passionnés!

 

Cliquez sur une image pour passer en mode diaporama.

 

Voir aussi la galerie correspondante : Turks & Caicos Islands

 

 

 

Après avoir bien réussi aux Turks & Caicos  j’ai été très mal

 

inspiré  de m’impliquer et d’investir dans une autre construction

 

au Costa Rica , cela m’a couté une vie de travail. 

 

 

 

 

 

 

 

Filed under Reportage, Voyage, tagged , , , , , , ,

There are no comments yet; add a comment below.

Leave a comment